Quant à l’aspect final de la Procédure sur les drogues, à savoir la résolution de tous les facteurs qui précipitent l’usage, on doit comprendre que le consommateur avait immanquablement des ennuis avant de commencer à prendre des drogues, sinon il ne se serait jamais tourné vers elles. Il s’agissait peut-être de troubles physiques, émotionnels, ou de tout autre difficulté parmi la kyrielle si communément attribuée aux imperfections de l’existence moderne. Mais quoi qu’il en soit, le problème de drogue est toujours précédé par un problème de l’existence. Qui plus est, ce problème doit être résolu pour que l’individu soit vraiment délivré du besoin de consommer, et franchement, seule la Procédure sur les drogues permet de le résoudre.


[Image] 5C Finalement, la Procédure sur les drogues traite des impulsions sous-jacentes à l’usage des drogues et aux sensations physiques, spirituelles, ou mentales déplaisantes liées à celles-ci. En d’autres termes, l’étape finale de la procédure remédie à ce qui n’allait pas avant que la drogue ne devienne la solution ou le « remède ». Si la cause sous-jacente à son usage n’est pas résolue, le besoin ou la compulsion demeurent.


Les drogues, le mental et l’esprit de l’homme suite...



| Précédente | Glossaire de termes de Scientologie | Sommaire | Suivante |
| Sondage sur ce site de Scientologie | Sites concernant la Scientologie | Librairie | Page de Garde |

info@scientology.net
© 1997-2004 Église de Scientologie International. Tous droits de reproduction et d'adaptation réservés.

Information sur les marques de fabrique et les marques de service de la Scientologie une philosophie religieuse appliquée