Il faut en convenir, il s’agit là d’un concept audacieux qui pourrait ne pas sembler immédiatement pertinent dans un monde où des adolescents de douze ans échangent la Ritaline de leur cour d’école contre du Prozac dérobé dans la pharmacie de leur mère, et où des adolescents de quatorze ans se vendent dans les parcs de stationnement pour de la chnouf brune et de la neige colombienne. Mais que l’on veuille y croire ou non, toujours est-il que l’intégralité de ce que nous avons examiné jusque-là — les 40% de réduction des traces de liquide de refroidissement industriel dans les tissus graisseux des résidents du Michigan, les 97 % de réduction du DDT chez un patient de Floride et le taux de réussite extraordinaire de 84,6 % des diplômés de Narconon — tout cela provient, ou tend, vers une équation spirituelle. (Alors qu’inversement, toute consommation de drogue provient finalement d’une équation matérialiste selon laquelle tout ce que nous pensons et sentons n’est que la conséquence d’une réaction chimique. D’où l’argument pharmaceutique implicite : si nos vies sont imparfaites, alors traficotons la chimie.) Qu’une communauté médicale et scientifique généralement matérialiste ait adopté avec tant d’enthousiasme les méthodes Hubbard, rien que pour les résultats qu’elles offrent sur le plan physique, est accessoire. En effet, le succès inégalé des méthodes Hubbard pour la désintoxication et la réhabilitation des drogués au sein du domaine laïque n’est qu’un témoignage de l’universalité de ces méthodes. Mais si nous devons apprécier pleinement la solution qu’il a offert au problème de la drogue, alors il nous faut également apprécier ce qu’il veut dire par « résoudre les facteurs mentaux et spirituels » qui accompagnent la consommation de drogue, et la façon dont celle-ci influe sur notre nature spirituelle.

Le Programme de Purification débarrasse le corps des résidus de drogues, mais pour être complètement libéré de celles-ci et de leurs conséquences nuisibles, il faut traiter les images mentales qui se rapportent à leur usage. Ce processus, appelé la Procédure sur les drogues, traite les répercussions mentales et spirituelles de la toxicomanie et est administré dans les missions et Eglises de Scientologie par des praticiens dont la formation est très poussée.

[Image] 1 Il y a à l’origine une raison
pour laquelle on se tourne vers
les drogues : quelque souffrance
physique ou désespoir. Aussi,
le problème est-il essentiellement
spirituel.


Les drogues, le mental et l’esprit de l’homme suite...


| Précédente | Glossaire de termes de Scientologie | Sommaire | Suivante |
| Sondage sur ce site de Scientologie | Sites concernant la Scientologie | Librairie | Page de Garde |

info@scientology.net
© 1997-2004 Église de Scientologie International. Tous droits de reproduction et d'adaptation réservés.

For Trademark Information